" />
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mine de rien, ce blog se propose de développer une approche philosophique sur diverses questions, en prenant appui sur la philosophie bien entendu, mais aussi sur le cinéma, la littérature, les chansons, les arts martiaux, la politique, la morale... Parce que la philosophie s'intéresse à tout ce qui fait de nous des êtres humains, elle ne s'interdit aucune porte d'entrée.

19 Nov

Fluctuat nec mergitur

Publié par Daniel Guillon-Legeay  - Catégories :  #POLITIQUE, #AttentatsParis, #FluctuatNecMergitur

La devise de Paris, "Fluctuat nec mergitur", devenue un symbole de résistance après les attentats, remonte au Moyen Age.

La devise de Paris, "Fluctuat nec mergitur", devenue un symbole de résistance après les attentats, remonte au Moyen Age.

 

Ironie du sort. Alors que nos éminents énarques du ministère de l'Education nationale s'évertuent à faire disparaître corps et biens l'enseignement du latin et du grec, à troquer la vénérable tradition des humanités classiques contre les incertains balbutiements des humanités numériques (mais au fait, pourquoi les unes et les autres ne pourraient-elles coexister dans un enseignement enrichi?), les réseaux sociaux n'ont cessé de relayer ce message depuis les attentats du 13 novembre: "Fluctuat nec mergitur".

Fluctuat nec mergitur

Cri de protestation contre l'horreur des attentats. Cri d'amour pour Paris, ville chère au coeur de Montaigne, et qu'il regardait déjà comme "la gloire de la France, et l'un des plus beaux ornements du monde " (Essais, III, 9: De la vanité). Cri de ralliement encore pour affronter l'adversité, comme l'exprime si bien Georges Brassens: point n'est besoin d'avoir d'avoir appris les déclinaisons, ni d'avoir lu Ovide ou Cicéron dans le texte, pour savoir comment surmonter les coups du sort.

 

Fluctuat nec mergitur

Le fait peut sembler anecdotique. Et pourtant, il révèle cet esprit de résistance contre ceux qui voudraient nous plonger dans l'effroi. Résistance qui s'enracine dans une histoire, une langue, des traditions, des valeurs et des institutions communes. Bref, dans une identité qui se nourrit  largement dans l'héritage grec et latin. Au passage, qu'il me soit permis de redire ici ce que j'ai affirmé ailleurs, dans un autre article : "Les penseurs grecs et latins se sont efforcés de penser l’homme comme maître de sa destinée. Or, plus que jamais, il importe de libérer les hommes des dogmes et de la religion, ainsi que des préférences nationales. L’enjeu excède le cadre de la réforme des programmes scolaires : il s’agit de l’avenir politique de notre nation, et de celui de l’Europe. Par conséquent, si l’on veut faire progresser durablement la construction européenne, je crois vraiment que l’enseignement obligatoire du latin et du grec peut y contribuer de façon active et forte."

Fluctuat nec mergitur

A l'heure où, sous le coup de l'émotion, nos gouvernants brandissent l'étendard de la guerre, engagent des bombardements de représailles sur le théâtre des opérations extérieures (les sites occupés par Daech en Syrie) quand il importe avant tout de mener la bataille sur le terrain à l'intérieur de notre hexagone, alors qu'ils instaurent un état d'urgence au nom de la sécurité au risque la restriction des liberté pour tous les citoyens, je crois nécessaire de réaffirmer la nécessité de rester ensemble, debout, unis, fédérés autour de nos valeurs, de nos institutions, de notre manière de vivre. Unité de la nation et fidélité à notre histoire, à notre culture me paraissent des armes autrement plus  efficaces. C'est ce que suggère le témoignage de Nicolas Hénin qui fut l'otage de Daech durant dix mois. Il a cette affirmation que je trouve très forte : "Daech craint plus notre unité que nos frappes aériennes " parce qu'il s'imaginent que la France est le "maillon faible de l'Europe " (article daté du 19 novembre, traduit en français et publié par le quotidien britannique The Guardian).

 

Cette bataille contre Daech devra se jouer sur notre territoire. Par la force des lois et la participation des citoyens. Cette guerre est tout, sauf militaire.

 

Commenter cet article

À propos

Mine de rien, ce blog se propose de développer une approche philosophique sur diverses questions, en prenant appui sur la philosophie bien entendu, mais aussi sur le cinéma, la littérature, les chansons, les arts martiaux, la politique, la morale... Parce que la philosophie s'intéresse à tout ce qui fait de nous des êtres humains, elle ne s'interdit aucune porte d'entrée.