" />
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mine de rien, ce blog se propose de développer une approche philosophique sur diverses questions, en prenant appui sur la philosophie bien entendu, mais aussi sur le cinéma, la littérature, les chansons, les arts martiaux, la politique, la morale... Parce que la philosophie s'intéresse à tout ce qui fait de nous des êtres humains, elle ne s'interdit aucune porte d'entrée.

02 Jul

Quand une grenouille s'invite chez iPhilo

Publié par Daniel Guillon-Legeay  - Catégories :  #ART, #iPhilo, #POESIE

Parution de mon article "Une grenouille au bord d'un étang" dans le journal iPhilo, illustrée d'un délicat dessin dans la tradition japonaise. 

 

Quand une grenouille s'invite chez iPhilo

Merci à l'équipe d'iPhilo et à Alexis Feertchak pour cette forme de compagnonnage.

 

Ce texte est également paru dans iPhilo, le journal de philosophie en ligne.

Ce texte est également paru dans iPhilo, le journal de philosophie en ligne.

Commenter cet article

http://iphilo.fr/2015/07/02/haiku-une-grenouille-au-bord-dun-etang/ 23/08/2015 18:14

Déposé par Yanko sur le site iPhilo , le 25 juillet 2015

Associant la beauté du texte et celle du commentaire, leur continuité expressive et se transmettant en s’enrichissant (merci les NTIC), je me permets de traduire ma simple interprétation de ce drame que je peins en joie. Une éternité nous la permettrait-elle?

Et si nous nous abrevons de choix pour cette occasion de liberté, quel en serait le sens de cette émotion transgressive ?

La sagesse ou la folie?

Debra 05/07/2015 13:47

Commentaire posté par Debra sur la page iPhilo (05/07:15)

Très beau texte, et très belle réflexion, merci.
Me vient à l’esprit un couplet d’un sonnet de mon ami, William (Shakespeare) qui dit à sa manière ce drame de la conscience que vous décrivez. En pensant à la mutation du monde, au relativisme… absolu qui caractérise notre existence dans le monde, à la fragilité absolue de la condition de l’homme, roseau pensant, William dit, devant la réalisation que l’oeuvre du Temps qui mène toute chose à la ruine va venir lui ravir son amour :
« This thought is as a death which cannot choose
But weep to have that which it fears to lose ».

Cette pensée est comme une mort qui ne peut choisir
Que pleurer d’avoir ce qu’elle craint de perdre.

Sonnet 64

À propos

Mine de rien, ce blog se propose de développer une approche philosophique sur diverses questions, en prenant appui sur la philosophie bien entendu, mais aussi sur le cinéma, la littérature, les chansons, les arts martiaux, la politique, la morale... Parce que la philosophie s'intéresse à tout ce qui fait de nous des êtres humains, elle ne s'interdit aucune porte d'entrée.