" />
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mine de rien, ce blog se propose de développer une approche philosophique sur diverses questions, en prenant appui sur la philosophie bien entendu, mais aussi sur le cinéma, la littérature, les chansons, les arts martiaux, la politique, la morale... Parce que la philosophie s'intéresse à tout ce qui fait de nous des êtres humains, elle ne s'interdit aucune porte d'entrée.

02 Nov

Socrate, un modèle pour chacun de nous

Publié par Daniel Guillon-Legeay  - Catégories :  #ETHIQUE

Socrate

Socrate

Bonne nouvelle! Le journal IPhilo nous apprend que Laurence Hansen-Love, éminente professeure de philosophie, vient de publier en collaboration avec Laure Becdelièvre et Fabien Lamouche un ouvrage intitulé La philosophie comme un roman (Presses Universitaires de Laval, 2014). Bonne nouvelle, disais-je, car lorsque l'on sait l'excellent travail accompli par Laurence Hansen-Love pour rendre la philosophie accessible (elle a publié de nombreux manuels scolaires), on ne peut pas douter de l'intérêt que présente un ouvrage qui "remettant au cœur de la philosophie la forme des dialogues", se compose essentiellement d'interviews (imaginaires) des philosophes, de Socrate à Hannah Arendt. Assurément, je trouve l'idée excitante. Iphilo vient d'en publier un extrait suggestif. Et devinez qui est l'invité à l'honneur? Socrate! Hé oui ! En plein dans le mille !

Laurence Hansen-Love nous offre ici l'occasion charmante de retrouver le père de la philosophie. Un Socrate avant tout vivant et spirituel. Mais aussi un Socrate tour à tour grave, facétieux, sincère, ironique et lucide. Ce dialogue vraiment tonique et riche n'élude aucune des questions qu'on ne cesse de se poser sur Socrate depuis près de 2500 ans. Pourquoi Socrate a-t-il préféré se soumettre à l'injuste sentence de mort retenue contre lui et accepté de boire la ciguë, plutôt que de s'évader de la prison ainsi que ses amis lui suggéraient de le faire? Socrate en savait-il plus qu'il n'en voulait laisser paraître au cours de ces dialogues interminables - rapportés par Platon - et dans lesquels il parvenait à confondre ses interlocuteurs, à percer à jour leur faux savoir, lui qui prétendait ne rien savoir? Etait-ce de sa part ironie feinte ou réelle ignorance? Comment pouvait-il soutenir que les tyrans et les hommes méchants se trompent quand ils croient s'approcher du bonheur en donnant libre cours à tous leurs désirs, à toutes leurs pulsions? Que pouvait-il en savoir réellement? Le doute est permis là aussi.

Mais c’est précisément cette part de doute qui fait le prix de la philosophie, laquelle est avant tout recherche de la vérité. Le philosophe n’est certes pas le seul à la chercher : le scientifique, le médecin, le magistrat, le détective recherchent eux aussi la vérité, et avec non moins d’ardeur que le philosophe. La différence cependant consiste dans la finalité de la quête : là où tous les autres cherchent à établir la vérité sur des faits en vue de pouvoir agir efficacement sur le monde (comprendre un phénomène naturel, établir un diagnostic et préconiser un traitement adapté, décider de l’innocence ou de la culpabilité du prévenu…), le philosophe cherche à établir la vérité ou la fausseté de ce qu’il croit savoir sur lui-même et sur le monde en vue d'agir sur lui-même. Le sens de son existence dépend de ce savoir - ou de ce non-savoir – fondamental.

De ce point de vue, Socrate reste à mes yeux un exemple et un modèle à suivre pour quiconque veut pratiquer un tant soit peu la philosophie. La quête du vrai est aussi souci de soi. On a beaucoup raillé cette prétendue tendance moralisatrice de Socrate: quand lui se préoccuppait de son âme et exhortait ses concitoyens athéniens à faire de même, d'autres s'emparaient du pouvoir, accumulant succès, richesses et plaisirs sans aucun scrupule. "L'hypocrisie est un hommage que le vice rend à la vertu" disait La Rochefoucauld. Socrate était-il un naïf, un bénêt? Nombreux sont ceux qui l'ont pensé et qui le pensent encore. Socrate pourra bien dire et penser ce qu'il veut, l'important est de jouir, de posséder, de briller et de commander! Pourtant, le texte de Laurence Hansen-Love y insiste avec justesse: "Je ne prétends pas briller en société, je ne fais pas de discours, je ne fais aucun cas de l’argent et des honneurs. Je ne suis épris que de vérité, et mon seul objectif  est de tenir mon poste, quoi qu’il puisse m’en coûter.". Moi, j'y vois surtout de l'intégrité morale et du courage!

 

Ce dialogue imaginaire - ingénieusement construit à partir des textes de Platon surtout - nous ramène au coeur de la philosophie, telle que je l'aime en tout cas. Une philosophie moins soucieuse d'érudition et de spéculation théorique (même si l'on ne peut jamais totalement y échapper!...) que  de réflexion sur la vie, de souci éthique qui nous engage dans une double confrontation avec soi-même (c'est le fameux "Connais-toi toi-même") et avec les autres (parce que "la politique et la philosophie ne font qu’un...:  toutes deux enseignent que la justice a plus de prix que la vie"). Si chaque citoyen parvenait à saisir ce lien consubstantiel entre l’éthique et la politique, notre démocratie s’en trouverait changée; il n’y a pas une justice pour soi-même séparable d'une justice pour tous. Face aux défis qui nous attendent (pour ne citer que quelques exemples : le déferlement des nouvelles technologies impactant notre vie quotidienne et l’avenir de l’école, l’accroissement des inégalités partout dans le monde, la dégradation inexorable de l’environnement …), il est urgent que les citoyens s’emparent de ces questions qui regardent le bien commun, si l’on admet avec Socrate et Platon que la question politique par excellence est de savoir " comment peut-on vivre bien ensemble ?". 

 

Enfin, dans le texte de Laurence Hansen-Love, la forme et le fond s'accordent merveilleusement bien, tant il est vrai que "Penser et dialoguer,  c’est tout un : la pensée  n’est  rien d’autre que le  dialogue de l’âme avec elle-même.". Ce très beau portrait de Socrate en forme de dialogue nous offre l'occasion de renouer avec l'un des plus beaux commencements en même temps que l'un des plus grands sommets de la philosophie!

Commenter cet article

À propos

Mine de rien, ce blog se propose de développer une approche philosophique sur diverses questions, en prenant appui sur la philosophie bien entendu, mais aussi sur le cinéma, la littérature, les chansons, les arts martiaux, la politique, la morale... Parce que la philosophie s'intéresse à tout ce qui fait de nous des êtres humains, elle ne s'interdit aucune porte d'entrée.