" />
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mine de rien, ce blog se propose de développer une approche philosophique sur diverses questions, en prenant appui sur la philosophie bien entendu, mais aussi sur le cinéma, la littérature, les chansons, les arts martiaux, la politique, la morale... Parce que la philosophie s'intéresse à tout ce qui fait de nous des êtres humains, elle ne s'interdit aucune porte d'entrée.

28 Dec

Charme

Publié par Daniel Guillon-Legeay  - Catégories :  #ART

Psyché ranimée par le baiser de l'amour (Canova)

Psyché ranimée par le baiser de l'amour (Canova)

La rencontre avec une œuvre d’art reste toujours une expérience singulière, à la fois étrange et familière. Chacun le sait. Il est des livres, des films, des tableaux, des chansons qui entrent dans votre vie pour ne plus jamais en sortir.

Etrange, parce que cette rencontre nous plonge dans un état quasi hystérique qui s’apparente à de la transe. Oui, nous sommes comme transis, éperdus d’amour, incapables de penser à autre chose qu’à cette œuvre qui nous fait chavirer l’esprit et le cœur. Quand une telle rencontre se produit, nous ne savons pas nécessairement expliquer ce qui se passe au fond de nous-mêmes : la raison s’évertue encore à trouver mille raisons plausibles, quand le cœur sent déjà que, par la grâce de cette oeuvre d’art, rien dans notre vie ne sera plus jamais comme avant. Comme par magie, nous nous surprenons tout à coup à concevoir des pensées, à éprouver des sentiments dont nous ne nous savions peut-être point capables. Cette rencontre est de l’ordre de la révélation. Des portes secrètes s’ouvrent au fond de nous et nous font entrevoir le monde autrement.

Expérience familière également, parce que ce film, cette chanson, ce tableau, ce poème ou ce roman ne pourrait pas nous bouleverser avec une telle force s’il ne possédait pas, en quelque chose, une certaine ressemblance avec nous. C’est un peu comme si nous l’attendions, mais sans le savoir. Que mes lecteurs ne s’offusquent pas si, pour évoquer cette expérience, j’emprunte le langage de la rencontre amoureuse. C’est que le désir se moque bien des règles, des conventions et des barrières instituées par les hommes et d’abord, il se moque de nous. Nous pensions le connaître et voilà qu’il se manifeste de manière inattendue dans des réalités très différentes de celles que nous nous imaginions. Car cet « obscur objet du désir » nous échappe sans cesse et nous revient toujours. Par des voies mystérieuses – une œuvre d’art, un visage, un corps d’homme ou de femme…- toujours le désir renaît et nous tient prisonniers de son pouvoir d’envoûtement et de fascination, de son charme irrésistible.

Charme, ou l’attrait magique, puissant et irrésistible qu’un être ou qu’un objet peut exercer sur nous, jusqu’à nous plonger dans un état d’ivresse et de fascination.

Commenter cet article

À propos

Mine de rien, ce blog se propose de développer une approche philosophique sur diverses questions, en prenant appui sur la philosophie bien entendu, mais aussi sur le cinéma, la littérature, les chansons, les arts martiaux, la politique, la morale... Parce que la philosophie s'intéresse à tout ce qui fait de nous des êtres humains, elle ne s'interdit aucune porte d'entrée.